L'approche disruptive des fondateurs du Village de l'Emploi

Dès la période du collège et du lycée, le système éducatif transmet de mauvais messages aux élèves. Les adolescents ont bien sur beaucoup de questionnements sur leur avenir, sur leurs gouts et sur ce qu’ils voudraient faire de leur vie. A ce moment délicat de leur vie, les enseignants et conseillers d’orientation leur servent souvent un discours bien pensant et commode, les incitant à choisir une orientation qui leur plait, à se diriger vers les matières qu’ils affectionnent. “Il faut faire les études dont vous avez envie”. C’est un message doublement pernicieux: en premier lieu, les jeunes sont à ce stade de leur vie, où ils ont vu trop peu de choses pour se faire une représentation de ce qui leur plairait de faire comme métier. Sauf ceux qui ont une passion à laquelle ils veulent se consacrer, ce qui tout de même assez rare. Les conseillers d’orientation les informent peu sur les métiers, ils détaillent des cursus universitaires qui peuvent paraitre alléchants, surtout en regard des matières très scolaires du collège et du lycée. Masi, et c’est la deuxième erreur du discours, ils ne mentionnent jamais les débouchés de l’une ou l’autre des filières évoquées. Or, toute personne qui s’est penchée sur la question, sait qu’il y a beaucoup d’élèves dans les amphis de psychologie ou de sociologie, mais peu de places de psychologues ou de profils de sociologues qui peuvent en faire leur métier. Le rêve que l’on leur a vendu ne se réalisera pas, mais ils ne le sauront que bien plus tard. C’est au sortir de leur cursus universitaire qu’ils s’apercevront de la supercherie. cela générera chez eux une forte frustration, et une perte de confiance en eux mêmes, tout comme en la société qui les a conduit là où ils en sont. Le Village de l’emploi a fait ce constat dramatique, et se propose de mettre en place une solution qui peut apporter des débouchés à ces jeunes, écus de leur cursus supérieur. Cela s’adresse à ceux qui ont une appétence pour des métiers de l’informatique ou du numérique et qui sont motivés pour entreprendre une rapide reconversion, et à plonger dans un autre univers professionnel.